• Randonnée fin août en haute montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Par une matinée maussade, nous arrivons, Jean-Claude, Olivier, Jean et Michel au Pont d’Espagne, commune de Cauterets, pour retrouver avec bonheur les sentiers pyrénéens. La météo n’est pas très optimiste mais nous partons le pas décidé malgré la sciatique qui gêne quelque peu notre « guide ».

    Nous remontons le vallon du Marcadau, le long du torrent du même nom. JCW nous avait prévu une variante afin d'accéder au refuge après une grimpette vers les lacs d’altitude mais la météo nous en dissuade. Le ciel est bouché au dessus de 2400 m et la pluie semble au rendez-vous. Aussi, nous atteignons le refuge du Marcadau dans l’après-midi, à 1865 m. Le bâtiment est beau mais… l’intérieur ne semble pas avoir changé depuis sa construction. La salle d’eau  est le torrent (sans l’eau chaude !). Mais la soupe aux lentilles est délicieuse !

    9,2 km pour 450 m de dénivelé.

    Le deuxième jour, le ciel se bouche rapidement mais cela n’entame pas notre moral. Nous nous dirigeons vers le col du Marcadau à 2600 m d’altitude. La grimpette est régulière et relativement facile. Au sommet, 2 surprises nous attendent : nous sommes désormais en plein soleil, au dessus des nuages qui s’accrochent encore sur le versant français. Le versant espagnol est baigné de lumière. De plus, un autre groupe arrive côté espagnol et un monsieur salue la montagne avec sa trompette sevillana : à 2600 m, sous le soleil pyrénéen, un concert nous est offert. MAGIQUE !

    Dynamisés, nous avalons le pic de la Muga qui nous tend les bras au dessus de nous : 2975 m et un panorama magnifique sur le défi passé qu’a constitué en son temps le Vignemale et sur le défi de demain : le Pic de l’Enfer avec ses 3060 m. De là-haut, nous apercevons aux jumelles l’étape du soir, le refuge de Bachimanya. Nous dégringolons tranquillement les 1000 m,  en musardant le long des nombreux étangs et en renouvelant les siestes ensoleillées non loin de tapis de belles fleurs. Le refuge de Bachimanya est tout neuf et le vin est servi sur les tables ! Par contre, vous demanderez à JCW ce qu’il pense de ses WC. Ecrivez lui nombreux, il se fera une joie de vous répondre ! 11,5 km pour 1110 m de dénivelé + .

    Le troisième jour arrive enfin : l’ascension du Pic de l’Enfer, l’objectif de notre périple.

    Nous longeons, dans un chaos bien organisé ! le lac de Bachimanya. Le Pic de l’Enfer ne nous quitte pas des yeux et sa plaque de calcaire sommitale semble nous narguer. La grimpette jusqu’au col du même nom est assez raide (ou sommes-nous déjà un peu fatigués ?). Nous laissons nos sacs au col à 2600 m et partons à l’assaut de l’Enfer. Le cheminement est plus périlleux, on cherche les passages et chacun trouve ses marques. Nous nous retrouvons à 2970 m , sur un petit replat,  la pointe du Garmo Blanco, face à la dernière difficulté : une centaine de mètres. Le spectacle n’est pas très réjouissant, nous observons dépités, les autres randonneurs hésiter sur la paroi. Un groupe redescend nous informant qu’il a renoncé à mi-parcours. Connaissant mes limites, je déclare forfait. La fatigue, la sciatique, le désir de rester groupés nous dissuadent tous. Nous redescendons, non sans mal, regagnons pensifs,  le col pour casser la croûte. Nous continuons ensuite vers le col de Tebarray, d’accès assez ardu. La descente de l’autre versant, vers le refuge l’est encore plus : c’est là que nous apprenons la réalité des cotations. Cette partie est classée Facile +.  C’est quoi alors Difficile ?

    Heureusement, au pied de cette descente infernale (sans jeu de mot), une verte prairie nous attend et nous faisons trempette les pieds dans l’eau. Quoique tenté, Olivier n’a pas osé la baignade. Le refuge de Respomuso est sans doute celui qui est planté dans un des plus beaux environnements. Au pied du Balaïtous, il domine un lac aux eaux limpides agrémenté de quelques îlets recouverts de sapins. Splendide ! La bière y est bonne, mais on a oublié ici la limitation des déchets et nous devons décortiquer les emballages. La nuit sera longue pour certains avec souvent la pleine lune dans la chambrée.13 km pour 850 m  dénivelé +.

    Nous quittons le chalet de Respomuso après un dernier regard sur le paysage bucolique. Après avoir longé le lac Campoplano, nous abordons la dernière grimpette, le col de la Fache à 2600 m. Nous suivons le torrent qui s’insère parfois dans de profondes gorges. Un lac à moitié gelé nous invite à déjeuner. Le profil se redresse violemment et les mollets en subissent les conséquences. Nous rencontrons un randonneur solitaire, d’un certain âge, au sac à dos étonnamment peu volumineux qui, à la question traditionnelle « où allez-vous ?» nous répond d’un large sourire « à Hendaye ! » Bravo, son pas alerte force le respect.

    Enfin le col ! Nous contemplons le pic de la Grande Fache qui s’élève devant nous. 300 m à grimper. Nous réfléchissons : la forme, le temps pour rentrer, le soleil ou la paresse…nous renonçons à nouveau et dégringolons vers le lac de dessous au bord duquel nous mangeons après avoir fait trempette. Que la sieste est douce dans un tel décor.

    C’est à présent le retour, nous retrouvons le refuge du Marcadau du 1er jour, reposons les mollets dans le torrent. Dans le ciel, deux avions, sans le savoir, nous adressent un beau clin d’oeil : leurs traces indiquent les deux principaux cols franchis.  Nous finissons la balade au Pont d’Espagne, dans la foule retrouvée. 20 km pour 600 m de dénivelé + et 1313 m de dénivelé -.

    Merci à JCW, notre guide qui a bien voulu étudier longuement les cartes pour nous permettre de découvrir un très beau coin des Pyrénées.

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Merci à JCW, notre guide qui a bien voulu étudier longuement les cartes pour nous permettre de découvrir un très beau coin des Pyrénées.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :