• Quel plaisir en cette période de canicule de s'échapper de la chaleur de la plaine et de monter vers les cîmes : nous avons choisi cette fois, les "seigneurs" de Cerdagne, le Cambre d'AZE et le Puigmal.

    Deux magnifiques cerfs peu farouches nous accueillent à notre arrivée au village d'Eynes.

    Sitôt sur le chemin, le tracé jusqu'au sommet se dessine sous nos yeux : une longue bande verte dans la sapinière qui monte inexorablement vers les 2780 m. Les rhododendrons égaient cette longue ascension. Vers les 2500 m la pente s'adoucit et le panorama s'offre à nous. Personne pour admirer l'immensité des Pyrénées, si ce n'est quelques corbeaux. La sieste au soleil s'impose avant de redescendre. le ciel se fait menaçant. En voiture, nous allons vers notre lieu de bivouac à la station abandonnée d'Err-Puigmal. La pluie se met à tomber, la température baisse très vite. Nous décidons de passer la nuit dans un petit "placard" ouvert de la station. Nous cassons la croûte à l'abri et pouvons dormir au sec.

    Le lendemain, le soleil est à nouveau présent et après le déjeuner nous nous dirigeons vers le Puigmal : aujourd'hui, nous ne serons pas seuls ! Des coureurs, des marcheurs, des cyclistes en VTT électrique ou simple se lancent dans cette ascension. Toutes sortes de gentianes et autres (aucun botaniste dans le groupe !) égaient le chemin. Deux troupeaux d'izards de plus d'une dizaine d'individus chacun nous montrent la marche à suivre vers les sommets. Un peu plus loin, c'est un mouflon affolé qui saute de rocher en rocher sur la crête : le spectacle est magnifique. Nous atteignons assez vite et plutôt facilement le sommet frontalier à 2910 m d'altitude : les catalans sont les plus nombreux et nos regards se tournent vers les sommets du sud comme la Piedra-forca. Nous redescendons en partie  par le même chemin afin de parcourir toute la ligne de crête vers la station abandonnée d'Err. Quel gâchis que ces pylones, ces remontées mécaniques, toutes ces installations laissées-là : gâchis économique et gâchis écologique !


    votre commentaire
  • Nous étions quatre ce 16 juin pour aller découvrir la forêt d'En Malo.

    Après avoir dépassé Salvezines, nous nous engageons sur la petite route qui grimpe au col dal Bouich.

    Nous découvrons cette belle sapinière que nous traversons pour arriver à la falaise : de la haute vallée de l'Aude, de la vallée du Rébenty, notre regard embrasse tout le Fenouillèdes et les Corbières. Le château de Puylaurens d'habitude si fier sur son promontoire est maintenant à nos pieds. Le panorama est magnifique.

    Michel

    16/06 Foret d'En Malo Club de randonnée des Hautes Corbières

    16/06 Foret d'En Malo Club de randonnée des Hautes Corbières


    votre commentaire
  • Escapade entre Catalogne et Aragon.

    Un weekend de 4 jours ! voilà la belle occasion de découvrir un coin magnifique en quelque cinq heures de route.Au Nord de Lérida, se trouve le congost de Mont-Rebei, défilé étroit creusé par le rio Noguera Ribargorcana.A partir de l'auberge de Montfalco, où nous logions avec bonheur, deux cheminements extaordinaires , des escaliers en bois construits à même la falaise et un chemin en corniche taillé dans la pierre, nous menèrent à ce congost de Mont-Rebei, un aller retour de 6 H pour 900 m de dénivelé.Autre jour, autre merveille, les murailles de Fenestras constituées de blocs debout érodés que nous rejoignons en visitant au passage le village abandonné de Fest, rando de 21 km et 1100 m de dénivelé.Nous clôturons notre séjour par l'ascension du Monsec,445 m de dénivelé au fil d'un itinéraire ornithologique.En 1960, un barrage hydroélectrique créa cette belle et immense retenue d'eau, l'embalse de Canelles. La beauté de ses eaux turquoises  ne peut faire oublier tous ses villages ,aujourd'hui en ruines, privés de terres agricoles et d'accès faciles.Merci à l'auberge de Montfalco, pour le sourire du personnel et la qualité des repas.

     
    Merci à Annick,Sylvie, Michel, Isabelle, Mariline, Caco, Olivier et Chantal pour ce partage de convivialité.
    JCW
     

    08/06 au 10/06 Les passerelles du Mont Rebei en Catalogne Club de randonnée des Htes Corbières

    08/06 au 10/06 Les passerelles du Mont Rebei en Catalogne Club de randonnée des Htes Corbières

    08/06 au 10/06 Les passerelles du Mont Rebei en Catalogne Club de randonnée des Htes Corbières

    08/06 au 10/06 Les passerelles du Mont Rebei en Catalogne Club de randonnée des Htes Corbières


    votre commentaire
  •  

    Crêtes de Matefagine (Aude) 23 mars 2019

    Crêtes de Matefagine (Aude) 23 mars 2019

    Crêtes de Matefagine (Aude) 23 mars 2019

     

    voir plus de photos


    votre commentaire
  • Nous étions 12 à nous lancer sur les traces de nos ancêtres (néolithiques) à partir de Fontjoncouse. Après avoir fait le tour de l'église castral, Ste Léocadie, nous sommes partis voir ce qui reste du moulin des Amarels puis l'Arche Perdue (arche naturelle due à l'érosion).

    Des difficultés sur la suite du parcours non balisé, nous ont obligés à faire demi tour et empêchés de voir le dolmen de Bellongue. Mais nous avons pu par la suite admirer un magnifique four à chaux (et non pas à pain)   yes                   gallo-romain, puis le dolmen de Palats sur son tumulus (le plus célèbre de l'Aude). Si le 3° dolmen nous a échappé, nous avons trouvé le dolmen de la Mulgue (le plus imposant par ses dimensions et son état de conservation)

    Après quelques fausses directions nous sommes revenus sans encombre à notre point de départ.

    Annick

    Fontjoncouse (Aude)  le 9 mars 2019 Club de randonnée des Hautes Corbières

    Fontjoncouse (Aude)  le 9 mars 2019 Club de randonnée des Hautes Corbières

     

    Voir plus de photos


    votre commentaire
  •  

    Malgré son altitude modeste, le Mont Major (541 m) point culminant du Serre de Blanes, offre un magnifique panorama à presque 360° qui embrasse la Montagne d'Alaric, la plaine carcassonnaise et par temps clair les sommets des Pyrénées Ariégeoise et le Canigou. Ils étaient 12 du Club des Hautes Corbières et une invitée, au départ du village de Saint Pierre des Champs pour effectuer cette magnifique randonnée. Si au début le soleil se faisait timide, il s'est franchement imposé au cours de la balade pour la plus grande joie de nos marcheurs.

    Une balade à refaire, avec peut être un circuit légèrement différent, en passant par le village de Blanes.

     

    Le Mont Major samedi 16 février 2019.

     

    Voir plus de photos


    votre commentaire
  • Nous étions six, le vendredi à monter vers le col De Mantet à plus de 1700 m d'altitude avec la peur au ventre de devoir chaîner en pleine nuit. Super, la route est bien déneigée et arrivons vers 19 h 30 au gîte Bouf'tic chez Odile. Nous sommes les seuls clients. Malgré les mauvaises odeurs, l'accueil est chaleureux et la table de grande qualité. Odile nous explique que dans les années 60, la construction de la route (celle que nous venons de gravir) a servi à vider le village de sa population. En 1979, Odile est la première à revenir habiter au village à l'année. Depuis, plusieurs autres couples se sont installés alliant l'élevage à l'accueil touristique. Aujourd'hui, ils sont une trentaine à s'accrocher dans ce coin perdu du Conflent. Trois enfants sont scolarisés dans la vallée. Le village a désormais accès à l'eau, à l'électricité, grâce à la HRP, le village est bien retapé et vivant.

    Après une bonne nuit, nous nous retrouvons tôt le matin au col de Mantet. Nous nous lançons à l'assaut de la montagne vers le Pla Ségala. L'ascension est en sous bois et la pente est raide : nous avalons en moins de deux heures les 400 m qui nous séparent du plateau. Enfin, les grands espaces se dégagent devant nous. A l'Est, trône le seigneur du Conflent : le Canigou. Devant nous, une croupe enneigée nous masque l'objectif : le Roc Colom. A l'ouest, toute la chaîne du Capcir, de l'Ortiset jusqu'au Carlit se dore au soleil. Dans notre dos, on retrouve tout le synclinal des Fenouillèdes et les Corbières. Ouf, nous ne sommes pas perdus, Berlès se dresse au loin. Nous mangeons dans cette étendue neigeuse à l'abri d'un rocher. Nous continuons plein sud vers le Roc Colom que nous atteignons après une grimpette au total d'environ 800 m de dénivelé. Nous sommes à la frontière Franco-espagnole, à la limite du Conflent et du Vallespir à cheval sur les esquerras de la Rotja. Nous évoquons une lointaine randonnée sur le Costabona qui justement est à portée du regard. C'est super ! La descente sera par contre longue et éprouvante pour les orteils coincés au fond des chaussures. Entre les ampoules et les coups de soleil, la nuit sera lumineuse !!! Repas pantagruélique et nuit agitée pour certaines. Le dimanche, plus que cinq, nous nous élançons par le GR de Pays vers le Pic de las Tres Estellas. La montée sera plus douce, seulement 300 m sont prévus. Faut-il mettre les raquettes ou non. Longues tergiversations et nous perdrons beaucoup de temps à hésiter. Le sentier, orienté sud, sud-est semble déneigé mais au fur et à mesure que l'on avance, il y a toujours de la neige sur le chemin. Bref, nous chaussons enfin et ce n'est qu'à 13 h que nous arrivons au sommet. Mais quel panorama, encore plus beau que la veille : aucun obstacle ne vient troubler notre regard. Que de beaux sommets enneigés, que de beaux projets en perspective ! Cette petite pointe, facile d'accès mérite bien son nom. Bref, un très beau séjour en Conflent, qu'il faudra sans doute renouveler en été.

     

    3066 le Pla Ségala

    Sortie weekend raquettes le 9 / 10 février dans le Conflent

    3082 le Roc Colom

    Sortie weekend raquettes le 9 / 10 février dans le Conflent

     

    3109 Le Pic de las Tres Estellas

    Sortie weekend raquettes le 9 / 10 février dans le Conflent

     


    votre commentaire
  • Minerve

    Voir plus de photos


    votre commentaire
  • Sortie du 13 Janvier 2019 : Onze courageux randonneurs s'étaient donnés rendez-vous sur le parking au centre du village malgré une météo incertaine. Bien emmitouflés, ils sont partis la découverte du sentier "l’Ère du temps". Une balade à travers les millénaires.  A chaque fois que l’on gravit une couche, on se rapproche du présent, les étages visibles les plus anciens datent de la fin de l’époque des dinosaures. Plus près de notre époque, ils ont traversé un hameau abandonné, resté précieusement dans son écrin.  Puis, ils ont rejoint la salle de la mairie que monsieur le Maire a eu la gentillesse de mettre à disposition du Club pour déguster les traditionnelles et délicieuses galettes des Rois. Un bon moment convivial, on remercie Olivier notre guide pour cette balade à travers le temps !

     

     

     

    Plus de photos


    votre commentaire