• Départ ce jeudi 30/08 pour le massif du Néouvielle, dominé par le Pic Long, 3192 m.

    On laisse la voiture au-dessus de Barège, au plateau de Lientz, au pied du Tourmalet, que l'on vient de gravir en voiture.
    En  remontant la vallée de la Glère, via le refuge du même nom, 4 heures de marche et 1000 m de dénivelé, nous amène au refuge Packe.
    Refuge non gardé, emblématique des Pyrénées, il constitue un des plus beaux balcons pour admirer non seulement le Pic Long mais aussi une bonne partie de la chaîne de Gavarnie ainsi que le glacier du Vignemale.
    Après une nuit bien tranquille, nous n'étions que deux dans ce refuge de huit, nous entamons la longue route vers le sommet du Pic Long, donnée pour près de 4 heures. A son pied, nous trouvons le lac de Tourat, sauvage à souhait, une perle! Ce lac à lui seul, justifie le déplacement.
    Ensuite, rien ne va plus, la neige occupe le haut du col,pas de crampons,  pas de cheminement aisé, les cairns se font rares, l'avance est malaisée, enfin on atteint le col à 2983 m mais il est 14H30 !
    Après une petite collation, François arrive à se faire cuire des pâtes à 3000 m à un endroit où on a peine à se tenir , on attaque l'escalade de l'arête qui mène au sommet. Celle ci est délicate, déchiquetée, le schiste est croulant, il faut assurer chaque prise.
    Après une heure de cet exercice, nous réalisons que cela exige trop de temps , il faut renoncer et faire demi tour !
    Nous étions à 3120m, soit 72m en dessous du sommet.
    Nous mettrons autant de temps à la descente que pour la montée, le sol ne tient pas sous le pied.
    Heureusement, passé le lac de Tourat, nous trouvons un cheminement bien cairné, le soir tombe et la visibilité diminue.
    Merci au gps pour nous rectifier le chemin et la dernière heure se déroulera dans l'obscurité totale.
    Ma frontale est bien faiblarde mais Francois possède la lampe Energizer ainsi que le sens du sentier. Nous arrivons au refuge Packe à 22H35 ! Nous n'étions plus seuls, nous avons réveillés nos co-locataires. Une belle journée de 16 km pour 1348 m de  dénivelé + et 1363 m en -..
    Samedi, grasse matinée jusque 08h30, et nous concédons 1000 m de  descente pour rejoindre la voiture.


    Watelet Jean Claude
     
     

     Le Pic Long, 3192 m.Club de randonnée des Hautes Corbières

     
     
     

     Le Pic Long, 3192 m.Club de randonnée des Hautes Corbières

     
     
     

    votre commentaire
  • Par une matinée maussade, nous arrivons, Jean-Claude, Olivier, Jean et Michel au Pont d’Espagne, commune de Cauterets, pour retrouver avec bonheur les sentiers pyrénéens. La météo n’est pas très optimiste mais nous partons le pas décidé malgré la sciatique qui gêne quelque peu notre « guide ».

    Nous remontons le vallon du Marcadau, le long du torrent du même nom. JCW nous avait prévu une variante afin d'accéder au refuge après une grimpette vers les lacs d’altitude mais la météo nous en dissuade. Le ciel est bouché au dessus de 2400 m et la pluie semble au rendez-vous. Aussi, nous atteignons le refuge du Marcadau dans l’après-midi, à 1865 m. Le bâtiment est beau mais… l’intérieur ne semble pas avoir changé depuis sa construction. La salle d’eau  est le torrent (sans l’eau chaude !). Mais la soupe aux lentilles est délicieuse !

    9,2 km pour 450 m de dénivelé.

    Le deuxième jour, le ciel se bouche rapidement mais cela n’entame pas notre moral. Nous nous dirigeons vers le col du Marcadau à 2600 m d’altitude. La grimpette est régulière et relativement facile. Au sommet, 2 surprises nous attendent : nous sommes désormais en plein soleil, au dessus des nuages qui s’accrochent encore sur le versant français. Le versant espagnol est baigné de lumière. De plus, un autre groupe arrive côté espagnol et un monsieur salue la montagne avec sa trompette sevillana : à 2600 m, sous le soleil pyrénéen, un concert nous est offert. MAGIQUE !

    Dynamisés, nous avalons le pic de la Muga qui nous tend les bras au dessus de nous : 2975 m et un panorama magnifique sur le défi passé qu’a constitué en son temps le Vignemale et sur le défi de demain : le Pic de l’Enfer avec ses 3060 m. De là-haut, nous apercevons aux jumelles l’étape du soir, le refuge de Bachimanya. Nous dégringolons tranquillement les 1000 m,  en musardant le long des nombreux étangs et en renouvelant les siestes ensoleillées non loin de tapis de belles fleurs. Le refuge de Bachimanya est tout neuf et le vin est servi sur les tables ! Par contre, vous demanderez à JCW ce qu’il pense de ses WC. Ecrivez lui nombreux, il se fera une joie de vous répondre ! 11,5 km pour 1110 m de dénivelé + .

    Le troisième jour arrive enfin : l’ascension du Pic de l’Enfer, l’objectif de notre périple.

    Nous longeons, dans un chaos bien organisé ! le lac de Bachimanya. Le Pic de l’Enfer ne nous quitte pas des yeux et sa plaque de calcaire sommitale semble nous narguer. La grimpette jusqu’au col du même nom est assez raide (ou sommes-nous déjà un peu fatigués ?). Nous laissons nos sacs au col à 2600 m et partons à l’assaut de l’Enfer. Le cheminement est plus périlleux, on cherche les passages et chacun trouve ses marques. Nous nous retrouvons à 2970 m , sur un petit replat,  la pointe du Garmo Blanco, face à la dernière difficulté : une centaine de mètres. Le spectacle n’est pas très réjouissant, nous observons dépités, les autres randonneurs hésiter sur la paroi. Un groupe redescend nous informant qu’il a renoncé à mi-parcours. Connaissant mes limites, je déclare forfait. La fatigue, la sciatique, le désir de rester groupés nous dissuadent tous. Nous redescendons, non sans mal, regagnons pensifs,  le col pour casser la croûte. Nous continuons ensuite vers le col de Tebarray, d’accès assez ardu. La descente de l’autre versant, vers le refuge l’est encore plus : c’est là que nous apprenons la réalité des cotations. Cette partie est classée Facile +.  C’est quoi alors Difficile ?

    Heureusement, au pied de cette descente infernale (sans jeu de mot), une verte prairie nous attend et nous faisons trempette les pieds dans l’eau. Quoique tenté, Olivier n’a pas osé la baignade. Le refuge de Respomuso est sans doute celui qui est planté dans un des plus beaux environnements. Au pied du Balaïtous, il domine un lac aux eaux limpides agrémenté de quelques îlets recouverts de sapins. Splendide ! La bière y est bonne, mais on a oublié ici la limitation des déchets et nous devons décortiquer les emballages. La nuit sera longue pour certains avec souvent la pleine lune dans la chambrée.13 km pour 850 m  dénivelé +.

    Nous quittons le chalet de Respomuso après un dernier regard sur le paysage bucolique. Après avoir longé le lac Campoplano, nous abordons la dernière grimpette, le col de la Fache à 2600 m. Nous suivons le torrent qui s’insère parfois dans de profondes gorges. Un lac à moitié gelé nous invite à déjeuner. Le profil se redresse violemment et les mollets en subissent les conséquences. Nous rencontrons un randonneur solitaire, d’un certain âge, au sac à dos étonnamment peu volumineux qui, à la question traditionnelle « où allez-vous ?» nous répond d’un large sourire « à Hendaye ! » Bravo, son pas alerte force le respect.

    Enfin le col ! Nous contemplons le pic de la Grande Fache qui s’élève devant nous. 300 m à grimper. Nous réfléchissons : la forme, le temps pour rentrer, le soleil ou la paresse…nous renonçons à nouveau et dégringolons vers le lac de dessous au bord duquel nous mangeons après avoir fait trempette. Que la sieste est douce dans un tel décor.

    C’est à présent le retour, nous retrouvons le refuge du Marcadau du 1er jour, reposons les mollets dans le torrent. Dans le ciel, deux avions, sans le savoir, nous adressent un beau clin d’oeil : leurs traces indiquent les deux principaux cols franchis.  Nous finissons la balade au Pont d’Espagne, dans la foule retrouvée. 20 km pour 600 m de dénivelé + et 1313 m de dénivelé -.

    Merci à JCW, notre guide qui a bien voulu étudier longuement les cartes pour nous permettre de découvrir un très beau coin des Pyrénées.

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Randonnée fin août en Haute Montagne (club de randonnée des Hautes Corbières)

    Merci à JCW, notre guide qui a bien voulu étudier longuement les cartes pour nous permettre de découvrir un très beau coin des Pyrénées.


    votre commentaire
  • Séjour été 2018 : Nous étions 8 pour découvrir les magnifiques paysages du Queyras à Ceillac . Nous avons bénéficié d'un très beau temps qui nous a permis d'admirer de multiples parterres de fleurs,  des vues à 360 ° sur les sommets environnants, ainsi que de très beaux lacs aux diverses nuances de bleu. Nous avons pu atteindre St Véran, plus haut village d'Europe (avec l'aide d'une navette pour le retour). Trois courageux ont même atteint 3000 m . Quant au gîte, nous étions très bien logés en chambre particulière et avons apprécié les repas copieux proposés tous les soirs. Nous y retournerons pour faire découvrir les vallées alpines et leurs beaux sentiers.

    Annick

    Queyras Séjour été

    Queyras Séjour été

    Queyras Séjour été

     

     

    Plus de photos


    votre commentaire
  • Sortie du 23 juin :magnifique belvédère sur le Capcir, le Conflent et l'Aude, le Madres culmine à 2469 m et son sommet est Audois .
    Nos trois montagnards, Isabelle, Michel et Jean Claude réalisent une jolie boucle de 18 km, avec un dénivelé de 1033 m, par le col de Jau, le Pic de la Rouquette, le Madres, retour par le Bernard Sauvage et la foret de Lapazeuil, conservant un maximum de visuel à vous couper le souffle.
    Jean Claude Watelet
     
     

    Rando sur le Madres

    Rando sur le Madres

    Rando sur le Madres

    Rando sur le Madres

     


    votre commentaire
  • Sortie du 16 juin : Une vue superbe, un temps magnifique, tout était parfait pour nos 6 randonneurs qui ont découvert 18 km de sentier dans un  paysage de carte postale, gravi 900 m de dénivelé pour atteindre la Tour Madeloc et admirer un panorama à 360°

    La Tour Madeloc Bagnuls/Mer (pyrénéés orientales)

    La Tour Madeloc Bagnuls/Mer (pyrénéés orientales)

    La Tour Madeloc Bagnuls/Mer (pyrénéés orientales)

    La Tour Madeloc Bagnuls/Mer (pyrénéés orientales)

    La Tour Madeloc Bagnuls/Mer (pyrénéés orientales)


    votre commentaire
  • Sortie du   mai : 5 participantes pour la randonnée organisée à Roquetaillade. Nous avons fait le circuit 2 à Conilhac de la montagne 8,5km, 224m de dénivelé.Très belle vue sur le balcon des Pyrénées avec un temps magnifique. Fin  de la randonnée avec visite de la chapelle Sainte Marie.

    Geneviève  

      

     

    Rando du patrimoine Roquetaillade (Aude)

    Rando du patrimoine Roquetaillade (Aude)

    Rando du patrimoine Roquetaillade (Aude)


    votre commentaire
  • Sortie du 5-6 mai 2018 : Malgré la pluie, nos 7 randonneurs du Club des Hautes Corbières n'ont pas hésité à prendre le départ pour cette troisième étape. Bien sur le soleil a fait son apparition en cours de route et ils ont pu apprécier le sentier qui mène au Pech Auroux, le Fenouillet, les gorges de Saint Jaume. Ainsi, ils ont passé un agréable week end avec une étape au gite de Benjamin de Prugnagnes.

    voir le diaporama

     


    votre commentaire
  • Sortie du 10 au 13 mai 2018 :  Nous avions rdv  le jeudi 10 mai au village de LE BEZ ,pour une 1ère randonnée- la boucle de la  DURENCUSE ,après un pique- nique sur les « rebords »  du château d’eau nous avons parcourus 11km dans les bois humides  agrémentés  de petits ruisseaux sinueux en contrebas des sources de la DURENCUSE.

     

    -Le soir nous avons regagné BRASSAC et le village de vacances le CAMBOUSSEL  ,camping parsemé de chalets, sur les pentes très escarpées des rives de l’AGOUT.

     

    -Le vendredi nous avons commencé par la randonnée des rocs de CREMAUSSEL  avec sur le parcours les rochers les plus connus du SIDOBRE comme les 3 fromages, le roc de l’oie , les pierres décalées... a l ‘heure du pique- nique ISABELLE et SYLVIE, habituées au chaleurs du TOGO  en ont profitées pour « aérer leurs orteils » ! (photo 5).L’après midi ,non loin de là, nous avons pu admirer la PEYRO CLAVADA ,l’emblème du SIDOBRE et un peu plus haut de la table d’orientation on pouvait voir vers les PYRÉNÉES  les massifs enneigés de la MALADETTA...

    A quelques km, nous avons fait une randonnée au milieu des bois, avec des hêtres  de plusieurs siècles, et des sentiers bordés de hautes pierres, les talus très humides ont permis à notre accompagnateur d’offrir  quelques brins de muguet à nos chères randonneuses. A la fin de la journée , non loin,du lac du merle, nous avons cherché en vain...   le rocher de l’escargot ! Nous avions  parcourus 18 km et l’apéritif avec du muscat et du rosé bien frais à eté apprécié.

     

    Le samedi, JCW à trouvé une charmente randonnée, un peu plus au sud, sur la commune de St SALVY de la BALME avec une boucle de 17 km  -La Ronda del PEIRARE-au parcours très varié , jounée clôturée par la visite de la belle église aux colonnes de granit.

     

    Nous avions prévu d’aller deux soirs au restaurant , mais comme nous étions bien installés dans les gîtes nous y sommes restés pour les apérififs et les repas et apprécié la bonne charcuterie TARNAISE  et notamment les « bougnettes et le fricando ».

    Enfin le dimanche, malgré la pluie et le temps frais nous avons pu visiter la maison du SIDOBRE et son intérressante exposition sur les métiers du granit.

    Notre séjour s’est terminé non loin de là au restaurant « au bon accueil » et par la courte visite du rocher du VERDIER.

     

    A bientôt.

     

    CACO

    Voir les photos

     

    SIDOBRE du 10 au 13 mai 2018


    votre commentaire
  • En cours


    votre commentaire
  • Sortie du dimanche 18/03/2018  : Rando au pic de Brau par la boucle de Magrie malgré une météo peu encourageante, 5h de marche pour 500m de dénivelé. Deux kilos de terre glaise sous chaque semelle et trois averses de grêle caractérisent la sortie. Merci à Annick, Isabelle et jackie pour l ambiance sympathique malgré les conditions difficiles. JCW

    Pic de Brau par la boucle de Magrie (Aude club de randonnée des Hautes Corbières.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique